Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Union locale CFTC Sambre Avesnois
  • Union locale CFTC Sambre Avesnois
  • : Syndicat CFTC information syndicale CFTC Maubeuge Avesnois
  • Contact

Horloge CFTC

NOMBRE DE VISITEURS

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

CFTC - HAUTMONT

9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 17:29

Ce 9 mars, la CFTC a adressé aux candidats présentant le plus de proximité avec sa vision du monde économique et social, un courrier contenant une série de questions, proche de ses préoccupations et de celles des salariés qu’elle représente.

Fidèle à son principe d’indépendance vis-à-vis des partis politiques, la CFTC ne donnera pas de consigne de vote. Elle entend en revanche réagir aux propositions des candidats afin d’éclairer le débat public et défendre son exigence de respect de la dignité des plus faibles.

presidentiels.png

Les interrogations sont regroupées en 11 grandes thématiques : formation/emploi/chômage ; économie/emploi/rémunération ; conditions de travail et santé au travail ; protection sociale ; handicap ; famille ; logement ; écologie et RSE ; services publics ; Europe et dialogue social. La CFTC insiste particulièrement sur deux dimensions, fil conducteur de ces questionnements : la prise en compte des impacts sur le monde du travail des mutations déjà à l’œuvre ou à venir et les garanties d’une couverture sociale adaptée aux aléas de la vie. 

> La présentation en vidéo

La CFTC attend des candidats un engagement fort et des positions détaillées sur l’avenir du compte personnel d’activité. Pour Philippe Louis, Président confédéral de la CFTC, « Il est impératif que le prochain président de la République oriente sa politique de protection sociale et d’emploi vers une sécurisation des parcours de vie accrue, vers une évolution plus ambitieuse de ce dispositif ; un Régime social universel d’activité que nous appelons de nos vœux pour créer de nouveaux droits légitimes pour tous. » 

Pour la CFTC, la question de l’essor des nouvelles formes d’emploi, lié notamment aux nouvelles technologies, s’impose comme un enjeu majeur pour notre société et celle transmise aux générations futures. Les candidats à l’élection présidentielle doivent développer un positionnement clair et précis sur ce bouleversement pour lequel la CFTC demande un Grenelle du numérique et de la robotique. 

La CFTC interroge les candidats sur l’avenir du compte pénibilité qui, malgré un cadre juridique imparfait, répond à l’objectif de justice sociale qu’elle défend. Elle les questionne également sur la politique familiale, pour laquelle elle défend la reconnaissance du temps consacré à la famille, pour ceux qui en font le choix, comme une activité à part entière.

Enfin, très attachée à la dimension européenne, la CFTC interpelle les candidats sur la mise en place d’une harmonisation sociale, environnementale et fiscale au sein de l’Union.

Les réponses seront restituées aux adhérents via le site internet www.cftc.fr sans aucun jugement de valeur. Au-delà de l’objectif informatif, la CFTC souhaite débattre individuellement avec les candidats sur leur projet économique, social et environnemental.

> Télécharger le communiqué de presse

> Télécharger le questionnaire envoyé aux candidats

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 09:41

En cette veille de Pentecôte, la CFTC rappelle qu'il n'existe aucune journée « de solidarité » qui permettrait de récolter des fonds au profit de personnes dépendantes.

La réalité : il a été instauré une taxe sur les salaires de 0,3 % de la masse salariale dite

« contribution solidarité autonomie » prélevée mensuellement.

Dans le même temps, un certain nombre de salariés se voit imposer de travailler gratuitement une journée dans l'année. Un prélèvement de 0,3% sur une journée payée 0 euro rapporte très exactement 0 euro...

En outre, cette mesure autoritaire se traduit concrètement par des aberrations économiques et sociales. Pour n'en citer que trois :

- Quel sens y a-t-il à obliger des salariés qui sont régulièrement au chômage technique à travailler une journée en plus, comme dans le secteur automobile par exemple ?
- Est-il équitable qu'une caissière de supermarché doive offrir une journée de travail à son entreprise, alors qu'un cheminot est censé travailler 1 minute 52 de plus par jour pour s'acquitter de sa journée dite « de solidarité » ?
- Pour quelle étrange raison, les professions libérales ne sont-elles pas assujetties à une journée dite « de solidarité » ?

Pour la CFTC, si le principe, tout travail mérite salaire est incontournable, il n'est pas incompatible avec le nécessaire effort financier qui doit être fait au profit de la prise en charge de la dépendance, encore faut-il que cet effort soit justement réparti.

C'est pour ces différentes raisons que la CFTC couvre par un mot d'ordre de grève tout salarié du secteur privé que son employeur voudrait obliger à travailler gratuitement sous prétexte de solidarité. Ce mot d'ordre est valable pour le lundi de Pentecôte ou tout autre jour férié de l'année travaillé au titre de la journée de solidarité.

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 10:52

A l'occasion de la réunion relative à l'agenda social 2015, et après un bilan des réalisations de 2014, Pascale Coton, Secrétaire générale de la CFTC a, lors de son intervention, rappelé les principales positions et propositions de l'organisation en vue des futures négociations.

Pour la CFTC, ouvrir une négociation sur un troisième volet concernant la modernisation du marché du travail (demandé par le MEDEF) n'est pas opportun, avant d'en avoir évalué les deux premiers ANI. En revanche, elle souhaite la mise en place d'un comité de suivi de l'ANI du 11 janvier 2008, qui a institué notamment les ruptures conventionnelles, et celui du 11 janvier 2013 sur la sécurisation de l'emploi. En effet, au vu de l'augmentation des ruptures conventionnelles, qui ont atteint un nouveau record en 2014, et à défaut d'un comité de suivi, la CFTC réitère sa demande de mettre en place à minima un groupe de travail, dont l'objectif serait d'étudier les causes de cette hausse.

Concernant les négociations à venir, les jeunes doivent rester une priorité. La CFTC souhaite l'ouverture d'une nouvelle négociation sur ce thème en concertation avec les pouvoirs publics, afin de traiter de cette problématique dans sa globalité.

À l'instar de ce qui a été réalisé pour réduire les inégalités de salaires entre les femmes et les hommes, la CFTC a demandé la mise en place d'un groupe de travail, chargé d'élaborer des outils à destination des branches professionnelles, pour la construction d'une GPEC de branche et territoriale et d'une politique de développement des qualifications.

Au sujet de l'accord du 19 juin 2013 sur la qualité de vie au travail, la CFTC estime impérative l'analyse de sa déclinaison concrète dans les entreprises.

De plus, à l'issue de la remise au gouvernement, du rapport de l'IGAS sur l'accord relatif à la diversité dans les entreprises (2006), la CFTC considère qu'il est nécessaire de le réviser afin de le rendre plus effectif. Consciente qu'il y a un avant, et un après 11 janvier, la CFTC souhaite poursuivre le « mieux vivre ensemble ». Cet accord mal connu et peu mis en pratique doit néanmoins devenir un outil indispensable.

En conclusion, et malgré l'échec de la dernière négociation, la CFTC considère que les partenaires sociaux doivent, une fois de plus, assumer leur responsabilité afin de construire ensemble de nouvelles normes sociales équilibrées. Pour la CFTC, cela passe également par un dialogue social transparent, clair et équitable. Voilà pourquoi, elle a réitéré sa proposition de longue date, de mettre en place un Comité Permanent du Dialogue Social qui siègerait dans un lieu neutre comme le CESE.

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 18:31

Il y a 72 heures, la CFTC s’inquiétait que la Commission spéciale de l’Assemblée nationale chargée d’examiner la loi Macron ait pu rajouter des dispositions relatives à la protection du secret des affaires , qui auraient conduit à l’affaiblissement du droit à l’information et à la consultation des salariés. Elle est rassurée : les dispositions sur le sujet devant être intégrées dans le projet de loi ont été finalement écartées via un amendement de suppression.

En effet, les articles qui préoccupaient la CFTC instauraient une peine allant jusqu’à trois ans de prison et 375 000 euros d’amende pour quiconque prendrait connaissance ou divulguerait une information protégée, peine qui aurait pu être doublée si cette divulgation portait atteinte aux « intérêts stratégiques ».


Enfin, au sujet d’une très probable loi spécifique sur le secret des affaires, la CFTC annonce qu’elle restera vigilante sur les droits d’expression, d’information et de consultation des salariés.

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 18:30

La CFTC regrette le renvoi en commission ce jeudi 29 janvier à l'Assemblée nationale de la proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales par rapport à leurs filiales et à leurs sous-traitants.

En effet, pour la CFTC, cette proposition de loi constituait une réelle avancée, car elle souhaitait prévenir de manière claire et effective les atteintes aux droits fondamentaux sur toute la chaîne de valeur ainsi qu'un accès à la justice pour les victimes afin qu'elles puissent être dédommagées.

C'est pourquoi dès juin 2014, la CFTC s'était mobilisée avec d'autres syndicats et des ONG en faveur de cette proposition de loi, avant de réitérer son soutien à ce projet dans un courrier signé par le président confédéral Philippe Louis et adressé à plusieurs groupes de députés en décembre dernier.

Ainsi, la CFTC continuera à se mobiliser aux côtés d'autres syndicats et de la société civile en faveur d'une nouvelle loi qui puisse garantir le respect des droits fondamentaux partout sur la planète et la création d'une Responsabilité sociale des entreprises réellement efficace afin que l'humain soit au cœoeur de la mondialisation.

>> Téléchargez le courrier envoyé le 4 décembre 2014

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 09:30

À quelques jours de la 3ème édition de la conférence sociale, la CFTC fait part de son état d'esprit et de ses propositions.

Comme en 2013 qui déjà reproduisait 2012, la version 2014 de cette grande conférence sociale n'échappera pas à la règle : priorité à l'emploi ! À l'emploi et à toutes les thématiques qui l'alimentent ou en découlent : Pacte de responsabilité, croissance et investissements, dépenses de santé, insertion, rémunérations... tous ces sujets seront au cœur des débats, si possible sans tabou et sans les postures idéologiques qui dénaturent les échanges.


L'urgence, la gravité de la situation de l'emploi et la pauvreté croissante nous l'imposent ! La conférence sociale qui s'annonce sera donc pour chacun des partenaires conviés l'occasion de donner sa chance au dialogue... ou de lui tourner le dos. La CFTC, elle, a décidé de donner sa chance au dialogue social et de ne pas fuir ses responsabilités !


Les éléments de flexibilité consentis aux entreprises sont à effet immédiat. Les contreparties en termes de sécurités nouvelles pour les salariés font l'objet ces derniers temps, de retour en arrière comme si certains négociateurs n'avaient pas signé en toute connaissance de cause ! Satisfaire un besoin légitime pour les entreprises de reconstituer leurs marges pour mieux réinvestir tout ou partie de ces marges dans l'innovation, la production et l'emploi, tel est le deal du pacte de responsabilité. La CFTC assumera pleinement sa signature et réaffirmera durant cette conférence sociale l'urgence de relancer via le pacte et au moyen du dialogue social la machine à produire des richesses et de l'emploi !

Pour ce faire, la CFTC réitèrera auprès du Président de la République sa demande de créer un comité permanent du dialogue social. Au vu des récents dysfonctionnements, où la loyauté d'une négociation se dispute devant les tribunaux, cette instance apparaît plus nécessaire que jamais !


Elle défendra également dans le cadre des tables rondes les propositions suivantes :


→ Concernant l'emploi :
- Rétablir la prime de précarité des CDD dérogatoires ;
- Rendre obligatoire par voie d'accord ou plan d'action, la négociation GPEC sur les métiers susceptibles de disparaître ;
- Ouvrir une nouvelle négociation jeune (ANI jeunes) en concertation avec l'État
- Dans le cadre des contrats de génération, supprimer la condition liée à l'âge dans le cadre d'une reprise d'entreprise.


→ Concernant l'insertion professionnelle des jeunes :
- Sur la base du rapport « Mestrallet », engager une réforme de l'Éducation nationale ;
- Demander pour les apprentis les mêmes droits que les étudiants salariés et le même accompagnement que les salariés, car : un apprenti=salarié= mêmes droits et même accompagnement !


→ Concernant l'Europe :
- Proposer pour les jeunes un ERASMUS total pour tous les cursus post bac et financé par les fonds européens, avec un semestre européen, hors du pays d'origine ;
- Rendre effectifs les instruments du dialogue social au niveau européen et donner une place aux partenaires sociaux dans la gouvernance économique.

Concernant le retour à la croissance par l'investissement :
- Concrétiser et décliner à l'échelon français le plan d'investissement de la CES (transformation d'énergie, infrastructures de transports, logements, gestion durable de l'eau, éducation et formation, soutien aux PME...) ;
- Privilégier/renforcer les investissements d'extension de capacité et d'introduction de nouveaux produits. Les marges générées par le pacte de responsabilité doivent contribuer à financer la R&D.


→ Concernant le pouvoir d'achat :
- Pas opposée à l'existence de rémunérations annexes, la CFTC préconise donc que tout accord de participation et d'intéressement soit précédé par un accord salarial ;
- Engager la négociation sur la réforme du partage des richesses entre partenaires ;
- Préserver un SMIC harmonisé au niveau national comme filet de sécurité ;
- Élaborer un revenu de dignité.


→ Concernant la politique de Santé, la CFTC demandera :
- Que la qualité des soins, les investissements privés ou publics ne soient pas impactés par le plan Santé ;
- Le développement d'une politique de prévention, aujourd'hui parent pauvre de notre système de santé, avec notamment la mise en œuvre d'un parcours de prévention et de dépistage de la naissance à la fin de vie pour tous ;
- De reconnaitre l'identification de l'origine professionnelle des maladies et la traçabilité des expositions aux facteurs de risques professionnels comme enjeux de santé publique ;
- De favoriser le maintien au travail des travailleurs atteints de maladies chroniques.


→ Concernant la réforme de l'action publique :
- Intégrer les volets social et humain dans les projets de loi (notamment en lien avec les mobilités « forcées ») ;
- Sécuriser et dynamiser les parcours des agents de la fonction publique territoriale, dans le cadre de la réforme ;
- Permettre de nouveaux moyens pour le dialogue social dans les collectivités avec de nouveaux droits pour les représentants du personnel.

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 13:58

 

Il y aura un mois, demain, quelque deux cents lycéennes nigérianes étaient enlevées par un groupuscule islamiste. Depuis, elles sont retenues prisonnières. Leur crime : être nées femmes et surtout avoir eu l’audace de suivre des études. Les peines encourues : être vendues comme esclaves, mariées de force à des combattants ou servir d'’appâts pour de nouvelles recrues. De confession chrétienne, elles auraient été contraintes de se convertir à l'’islam : c’'est du moins ce que révèle le chef des terroristes dans une vidéo récente.

 

Rien ne peut justifier ces atteintes à la liberté religieuse, à la liberté de conscience et à la liberté d'’aller et venir ! Rien ne peut justifier ces offenses à la dignité de la personne ! Rien ne peut justifier cette intolérance ! Rien ne peut justifier cette souffrance faite à des innocentes ! Ces atteintes et ces offenses, c’'est à chacune et à chacun d’'entre nous qu’'elles sont faites ; cette intolérance, c’'est chacune et chacun d’'entre nous qui en est victime ; cette souffrance, nous la vivons toutes et tous dans notre chair.

 

Ces tragiques enlèvements viennent nous rappeler que, en tout temps et en tout lieu, la haine de l’autre, la peur de la différence, le refus du changement et les violences exercées à l'’encontre des plus faibles, notamment des femmes, ont constitué le carburant du moteur des obscurantistes de tout poil. Notre époque, malgré les progrès dont elle peut se vanter, ne fait malheureusement pas exception à la règle.


Ces tragiques enlèvements viennent renforcer l'’idée que nous devons défendre bec et ongles la commémoration, en France, de l’'abolition de la traite et de l’'esclavage intervenue il y a 166 ans, à l’'heure où certains, pour des raisons partisanes et belliqueuses, cherchent à remettre en cause cet événement fondateur de notre vivre ensemble.

 

Au nom des valeurs qui l'’animent depuis sa création, la CFTC appelle à soutenir toutes les actions qui seront décidées pour lutter contre le fléau terroriste à condition qu’elles soient dictées par le souci du bien commun, de la paix et de la justice.

 

 

Pascale Coton
Se
crétaire générale

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 16:44

Quelques annonces du Premier ministre vont ainsi dans le bon sens : rationalisation des agences de l'État ; suppression pour les collectivités locales de la clause de compétence générale ; amplification des réformes structurelles dans le domaine de l'assurance maladie (mieux organiser le parcours de soins, développement de la chirurgie ambulatoire...).

En revanche, et malgré les mesures prises pour les plus modestes (réduction d'impôts dès juin en faveur des contribuables les plus modestes ; préservation des minimas sociaux et des pensions de retraite pour les plus modestes...), certaines annonces paraissent, elles, aller à l'encontre du double engagement du gouvernement de préserver le modèle social et le pouvoir d'achat des Français.

Ainsi, le gel des retraites, des prestations sociales, du point d'indice des fonctionnaires (si l'inflation est faible, elle n'est pas nulle), et une probable hausse des impôts locaux induits par la moindre dotation aux collectivités locales, contribueront à une baisse effective du pouvoir d'achat, déjà aggravée par les diverses augmentations annoncées ou en cours : prix de l'électricité, part imposable des mutuelles...

Autant de mesures dont les effets directs ou indirects représentent un risque réel de transfert de charges sur les ménages. La CFTC s'inquiète d'une anticipation par les ménages de ce risque, ainsi que des conséquences prévisibles de cette anticipation, à savoir une baisse de la consommation. Cette dernière retarderait le retour à la croissance et ses effets attendus sur les comptes sociaux.

Pour la CFTC, toutes ces mesures n'ont de sens, que si le patronat crée de l'emploi, comme il s'y était engagé en signant le relevé de conclusion relatif au Pacte de responsabilité. Dans le cas contraire, la CFTC demandera que les allègements de cotisations pour les entreprises soient revus à la baisse.

Philippe Louis

Président confédéral

Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 15:44
Après consultation ce jour des membres de son bureau confédéral, la CFTC a décidé de signer l'accord national interprofessionnel du 22 mars 2014 relatif à l'assurance chômage. La CFTC estime que ce texte est équilibré, raisonnable et raisonné. 

Lors de cette négociation, la CFTC s'était fixée plusieurs objectifs, dont les principaux ont finalement été atteints :
  • Le maintien des fondamentaux de l'accord de 2011, notamment sur le montant de l'indemnisation et sa durée avec le respect du principe « un jour cotisé, un jour indemnisé » ;
  • La mise en œoeuvre des droits rechargeables, revendiqués par la CFTC lors de la précédente négociation, et définis dans l'accord sur la sécurisation de l'emploi de 2013. Ce nouveau droit consiste pour un demandeur d'emploi à conserver des droits acquis non épuisés en cas de reprise d'un emploi, puis de les additionner à de nouveaux droits acquis, en cas de retour au chômage. Un nouveau droit qui concrétise la revendication de la CFTC, issue de son « Statut du Travailleur » (2006) d'attacher les droits à la personne pour mieux sécuriser les parcours de vie.
     
Par ailleurs, concernant l'intégration des intérimaires au régime général, la CFTC a réussi à sauvegarder certaines dispositions qui bénéficieront plus particulièrement aux contrats les plus courts. De même, au sujet de l'allongement du délai de carence en cas de licenciement, la CFTC est parvenue à maintenir l'existence d'un plafond et à conserver les règles en vigueur dans le cas d'un licenciement économique.
 
Enfin, un autre enjeu était de taille : trouver des solutions équilibrées pour réduire le déficit de l'assurance chômage qui atteignait 17,8 milliards d'euros en décembre 2013. Dans un contexte d'emploi difficile, la CFTC, en partenaire responsable, a contribué à la définition de nouvelles règles avec comme souci constant la pérennisation du régime d'assurance chômage.
Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 16:54

En réaction aux communications diffusées par voie de presse par lesquelles la CGT et FO mettent explicitement en cause l'indépendance des syndicats signataires du pacte de responsabilité vis-à-vis du gouvernement, la CFTC syndicat de construction sociale privilégiant la négociation aux antagonismes systématiques, réaffirme haut et fort sa totale indépendance à l'égard des partis politiques.

 

Pour rappel, la CFTC revendique depuis sa création en 1919 nombre de réalisations concrètes au service des salariés et de leurs familles. Ces réalisations, elle les a toujours obtenues en totale indépendance à l'égard des divers partis politiques avec lesquels elle a eu à composer tout au long de son histoire.  La signature du relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars sur le pacte de responsabilité n'a pas échappé à la règle !

 

Aussi, afin de dénoncer cette pratique de dénigrement,  la commission exécutive de la CFTC, réunie ce jour, a décidé de boycotter la réunion intersyndicale organisée demain dans les locaux de la CGT. Une réunion relative à la mise en eœuvre des dispositions issues de l'accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail.
Philippe Louis  
Président confédéral   





Repost 0
Published by CFTC Hautmont - dans Positions
commenter cet article